Accéder au fil RSS Envoyer à un ami Imprimer

Bulletin officiel des finances publiques - Impôts (BOI) du 22 janvier 2020

Lettre n° 796 du 16 mars 2020

L’article 1519 A du code général des impôts (CGI) a institué au profit des communes ou des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) dotés d’une fiscalité propre une imposition forfaitaire annuelle sur les pylônes supportant certaines lignes électriques.

Le montant de l’imposition forfaitaire, fixé par pylône, est différent selon que la tension de la ligne électrique est comprise entre 200 et 350 kilovolts ou supérieure à 350 kilovolts. Ces montants sont révisés chaque année proportionnellement à la variation, constatée au niveau national, du produit de la taxe foncière sur les propriétés bâties.

I. Champ d’application

A. Territorialité

L’imposition forfaitaire annuelle sur les pylônes prévue par l’article 1519 A du CGI s’applique dans les départements d’outre-mer de la même manière qu’en métropole. Elle n’est pas applicable sur le plateau continental, ni au fond de la mer et à son sous-sol dans la zone économique pouvant s’étendre depuis la limite des eaux territoriales jusqu’à 188 milles marins au-delà de cette limite (CGI, art. 1635 quinquies).

B. Éléments imposables

Constitue un pylône imposable :
- toute installation fixée au sol (quels que soient le nombre de points d’ancrage et la nature de ceux-ci : fondations simples, dés en béton, plates-formes bétonnées, etc.) ;
- et supportant des lignes de transport d’énergie électrique dont la tension est au moins égale à 200 kilovolts.

Pour l’appréciation du seuil d’imposition, de même que pour la détermination du montant de cette imposition, la tension à retenir est la tension potentielle (ou tension de construction) des lignes que les pylônes sont destinés à supporter, et non la tension réelle (ou tension d’exploitation).
La tension potentielle est celle figurant dans les actes officiels (déclaration d’utilité publique ou approbation du projet d’exécution).

C. Précisions

Pour l’assujettissement à l’imposition, sont sans influence :
- la nature des matériaux utilisés pour la construction des pylônes (pylônes métalliques, en béton, etc.) ;
- la situation de ceux-ci au regard des taxes foncières ;
- le nombre des câbles conducteurs.

D. Cas particulier des portiques

Ces installations doivent être considérées comme constituant un pylône unique au sens des dispositions de l’article 1519 A du CGI. Il en est ainsi notamment des portiques « aéro-souterrains », installations implantées dans les grandes agglomérations à l’endroit précis où les lignes à haute tension abandonnent la voie aérienne pour emprunter la voie souterraine.
Toutefois, dans l’enceinte d’un poste électrique il existe des installations de type charpente qui peuvent également prendre le nom de portique. Il s’agit principalement des portiques d’ancrage, portiques transformateurs, des poteaux de rappel, des châssis supports de matériel haute tension, des châssis supports de colonne isolante des jeux de barre et des châssis supports en PI.

Etant indissociables des autres éléments constituant un poste électrique et étant soumises à des procédures administratives différentes, les installations de type charpentes (portiques) ne doivent pas être considérées comme des pylônes au sens de l’article 1519 A du CGI dès lors qu’elles remplissent les deux conditions cumulatives suivantes :
- ces charpentes sont un élément constitutif du dossier de demande de permis de construire du poste électrique en ce sens qu’elles sont détaillées au sein de la partie relative aux caractéristiques du projet de construction du poste ;
- ces charpentes, à la différence des pylônes imposables, ne sont pas mentionnées au sein de l’approbation du projet d’ouvrage de construction d’une ligne électrique prévue à l’article R. 323-26 du code de l’énergie étant donné que les postes électriques, dont elles sont indissociables, sont dispensés d’une telle autorisation.

II. Établissement de l’imposition

L’imposition forfaitaire annuelle sur les pylônes est établie et recouvrée comme en matière de taxes sur le chiffre d’affaires (II-C § 80 et III § 260 et suiv.). Compte tenu de cette précision et des autres dispositions de l’article 1519 A du CGI, les modalités d’établissement et de recouvrement de cette imposition sont les suivantes.

A. Annualité

L’imposition forfaitaire est due pour l’année entière à raison des pylônes imposables au 1er janvier.
Les pylônes nouvellement construits et entrant dans le champ d’application de la taxe sont imposables à compter du 1er janvier de l’année suivant celle au cours de laquelle leur construction a été achevée, cette opération devant être considérée comme réalisée à la date d’achèvement de la structure métallique.

B. Redevables

L’imposition forfaitaire annuelle sur les pylônes est due par l’exploitant des lignes électriques.

C. Obligations déclaratives des redevables

L’imposition forfaitaire annuelle sur les pylônes est déclarée et liquidée :
- pour les redevables de la taxe sur la valeur ajoutée, sur l’annexe n° 3310-A-SD (CERFA n° 10960), disponible sur le site www.impots.gouv.fr, à la déclaration mentionnée au 1 de l’article 287 du CGI au titre du mois de mars ou du premier trimestre de l’année au titre de laquelle l’imposition est due ;
- pour les personnes non redevables de la taxe sur la valeur ajoutée, sur l’annexe n° 3310-A-SD à la déclaration mentionnée au 1 de l’article 287 du CGI déposée auprès du service chargé du recouvrement dont relève leur siège ou principal établissement au plus tard le 25 avril de l’année au cours de laquelle l’imposition est due.

L’imposition est acquittée lors du dépôt de la déclaration.

Les redevables de l’imposition forfaitaire annuelle sur les pylônes doivent, parallèlement au dépôt de la déclaration n° 3310-A-SD, transmettre, par voie électronique, une déclaration comportant la liste par département des communes d’implantation des pylônes avec en regard de chacune d’elles :
- l’indication du nombre de pylônes taxés en distinguant selon qu’ils supportent des lignes d’une tension comprise entre 200 et 350 kilovolts ou d’une tension supérieure à 350 kilovolts ;
- le produit total revenant à chaque commune et à chaque département ainsi que le produit net total de l’imposition.

La structure de cette déclaration transmise par voie électronique est prévue par un cahier des charges transmis aux redevables de l’imposition forfaitaire annuelle sur les pylônes.

D. Calcul de l’imposition

1. Modalités de calcul

Le montant de l’imposition forfaitaire, fixé par pylône, est différent selon que la tension de la ligne électrique est comprise entre 200 et 350 kilovolts ou supérieure à 350 kilovolts.

Ces montants sont révisés chaque année proportionnellement à la variation, constatée au niveau national, du produit de la taxe foncière sur les propriétés bâties.

En 2020, les montants sont fixés à 2 543 euros pour les pylônes supportant des lignes électriques dont la tension est comprise entre 200 et 350 kilovolts et à 5 080 euros pour ceux supportant des lignes électriques dont la tension est supérieure à 350 kilovolts.

2. Cas des pylônes situés sur le territoire de deux ou plusieurs communes

Dans cette hypothèse, l’imposition est répartie forfaitairement par parts égales entre les communes concernées.

E. Bénéficiaires de la taxe

Aux termes du deuxième alinéa de l’article 1519 A du CGI, l’imposition est perçue au profit des communes d’implantation des pylônes imposables. Elle peut toutefois être perçue au profit d’un EPCI doté d’une fiscalité propre, sur délibérations concordantes de cet établissement et de la commune membre sur le territoire de laquelle sont situés les pylônes.

A défaut de délibération, le produit de l’imposition est perçu au seul profit des communes sur le territoire desquelles sont implantés les pylônes.

En cas de délibérations concordantes d’un EPCI à fiscalité propre et de la commune membre sur le territoire de laquelle sont situés les pylônes, le produit de l’imposition est perçu au profit de cet établissement.

Ce transfert concerne obligatoirement l’ensemble du produit perçu au titre de la taxe.

Les délibérations sont prises dans les conditions prévues au I de l’article 1639 A bis du CGI.

La délibération de l’EPCI peut porter sur une, plusieurs ou la totalité des communes membres sur le territoire desquelles sont situés des pylônes.

Une délibération de la commune ou de l’EPCI prise dans les délais prévus au I de l’article 1639 A bis du CGI suffit à rapporter le transfert de la perception de la taxe à l’EPCI.

Ces délibérations de transfert du produit de l’imposition demeurent valables tant qu’elles n’ont pas été rapportées par la commune ou l’EPCI dans les conditions prévues à l’article 1639 A bis du CGI. Une délibération de la commune ou de l’EPCI suffit à rapporter le transfert de la perception de la taxe à l’EPCI. Elle s’applique dans les délais prévus au I de l’article 1639 A bis du CGI.

En cas de fusion d’EPCI n’ayant pas délibéré dans le même sens au regard de la perception de la taxe sur les pylônes, le nouvel EPCI est réputé avoir délibéré en faveur de la perception de cette taxe.

Le reversement du produit de l’imposition aux bénéficiaires intervient avant le 31 décembre de l’année en cours. Les erreurs ou omissions qui feraient l’objet d’une régularisation après le reversement aux bénéficiaires sont soustraites ou ajoutées aux montants reversés au titre de la période suivante.

III. Contrôle, recouvrement et contentieux

L’imposition forfaitaire annuelle sur les pylônes est recouvrée et contrôlée selon les mêmes procédures et sous les mêmes sanctions, garanties et privilèges que les taxes sur le chiffre d’affaires.

À compter de l’entrée en vigueur du 7° du XVIII de l’article 20 de la loi n° 2013-1279 du 29 décembre 2013 de finances rectificative pour 2013, la procédure de rectification contradictoire prévue à l’article L. 55 du livre des procédures fiscales (LPF) et la taxation d’office prévue au 3° de l’article L. 66 du LPF sont applicables à l’imposition forfaitaire sur les pylônes dans les mêmes conditions qu’en matière de TVA.

En outre, le délai de reprise de l’imposition forfaitaire sur les pylônes s’exerce, conformément à l’article L. 176 du LPF, jusqu’à la fin de la troisième année qui suit celle au cours de laquelle elle est devenue exigible, sous réserve des prorogations de délais prévus à cet article (avant l’entrée en vigueur du 7° du XVIII de l’article 20 de la loi n° 2013-1279 du 29 décembre 2013 de finances rectificative pour 2013, le délai de reprise s’exerçait conformément à l’article L. 178 du LPF en matière de contributions indirectes).

Les réclamations sont présentées, instruites et jugées selon les règles applicables à ces taxes.

Référence : Bulletin officiel des finances publiques - Impôts (BOI) du 22 janvier 2020.

le 16 mars 2020 - n°796 de IntegralText, la documentation juridique de la Lettre du Maire

La Lettre du Maire
Revalorisation de l’imposition forfaitaire sur les pylônes
Les montants de l’imposition forfaitaire annuelle sur les pylônes électriques à haute tension (au moins égale à 200 kilovolts) sont revalorisés chaque année, proportionnellement à la variation du produit de la taxe foncière sur les propriétés bâties constatée au niveau national (article 1519 A du code général des impôts, CGI). Ainsi, en 2020, le montant de l’imposition forfaitaire est fixé à 2 543 € (contre 2 428 € en 2019), pour les pylônes supportant des lignes électriques dont la tension est comprise entre 200 et...

Imprimer Envoyer à un ami Accéder au fil RSS

RETOUR A LA PAGE PRÉCÉDENTE
 
 
 
 

Nouveau : première édition
Octobre 2019
  

Devoirs et déontologie des policiers municipaux

Jean-Philippe Vaudrey

- Maîtriser le code de déontologie des agents de police municipale

- Appliquer la bonne sanction disciplinaire

- Exécuter ses missions

- Agréments et retrait d’agréments des agents de police municipale

- Cumul d’activités et activités accessoires

- Réagir face aux outrages, rébellions et refus d’obtempérer

- La protection fonctionnelle des agents de police municipale

- Annexe : le code de déontologie

Un précis concret, utile et unique répondant aux interrogations quotidiennes des agents de police municipale, conçu pour les guider en toutes circonstances.

1 ère édition - octobre 2019
74 pages – ISBN : 2-905529-72-5
24,80 € TTC port compris

 

Mise à jour au 1er mars 2019  

La procédure disciplinaire dans la fonction publique territoriale

Francis Mallol, Kaira Bouderbali

- Les comportements répréhensibles et les fautes sanctionnables

- Quand et comment sanctionner ?

- Contrôles des sanctions et droits de la défense

- Maîtriser les notions de faute, d’insuffisance professionnelle et d’obligations de moralité

- Prévenir et répondre aux comportements : utilisation fautive d’internet, violation des principes de neutralité et laïcité, influence des sectes, harcèlements...

Indispensable pour maîtriser toutes les étapes de la procédure dans un domaine sensible

5 ème édition - mars 2019
432 pages – ISBN : 2-905529-69-5
65 € TTC port compris

 

Deuxième édition
Octobre 2019
  

Le guide pratique de la passation d’un marché à procédure adaptée

Ludovic Vigreux – Kévin Thuilliez

- Définir et estimer ses besoins,
- Choisir et pondérer les critères
- Maîtriser les règles de publicité
- Rédiger les pièces du marché
- Négocier avec les candidats et achever la procédure
- Les cas particuliers des achats inférieurs à 25 000 € et des marchés de maîtrise d’oeuvre.


Réussir la passation d'un MAPA répondant aux besoins de la collectivité dans le respect des deniers publics.

En annexe, des documents types téléchargeables pour accompagner l'acheteur et sécuriser ses procédures.


2ème édition - octobre 2019
100 pages - ISBN : 2-905529-73-3
Prix : 49 euros/TTC, port compris
Version PDF : 35 euros/TTC.

 

Deuxième édition
Novembre 2019
  

Le guide pratique de l'exécution d’un marché à procédure adaptée

Ludovic Vigreux – Kévin Thuilliez

- Gestion de la sous-traitance
- Modifier les contrats en cours d’exécution
- Bien gérer les avances, acomptes, garanties, cessions de créances
- Agir lorsque le titulaire est en difficulté financière
- Mise en demeure et pénalités
- Réception et documents à fournir après l’exécution
- Résilier un marché
- Parfait achèvement et garantie décennale
- Le protocole transactionnel
- Archiver les marchés publics.


Des documents types téléchargeables sur le site des Editions Sorman. Pour accompagner l’acheteur et sécuriser les procédures.


2ème édition - novembre 2019
100 pages - ISBN : 2-905529-74-1
Prix : 48 euros/TTC, port compris
Version PDF : 34 euros/TTC.

 

Deuxième édition - juin 2019  

Le guide pratique des marchés de maîtrise d’œuvre

Ludovic Vigreux, Kevin Thuilliez

- Les dispositions réglementaires indispensables

- Les règles de passation : procédures adaptée, formalisée

- Phases de conception et de réalisation : les éléments de mission de maîtrise d’œuvre

- Les honoraires : primes, concours, forfait

- Passation du contrat de travaux et seuils de tolérance

- Engagements, responsabilités et contentieux

- Propriété intellectuelle.

Le guide s’enrichit de plusieurs documents téléchargeables sur le site des Editions Sorman pour faciliter et sécuriser les procédures.

2 ème édition - juin 2019
96 pages – ISBN : 2-905529-70-1
47 € TTC port compris
Version PDF : 33 € TTC

 

Nouvelle édition – mai 2018  

Protéger les chemins ruraux

Francis Pian

Au sommaire

- Définir un chemin rural, fixer son emprise ; les éléments constitutifs, la procédure de bornage

- Créer, incorporer, modifier un chemin rural

- Protéger et conserver les chemins ruraux : les pouvoirs du maire.

- Comment les entretenir ? Les obligations de la commune ; faire respecter les servitudes ; les travaux occasionnés

- La disparition des chemins ruraux : intégration dans le domaine public, vente, désaffectation, prescription acquisitive

- Quelles ressources leur consacrer ? les interventions des pouvoirs publics et du secteur privé, les taxes.

Des extraits des textes officiels, de jurisprudence, des modèles de délibérations et d’arrêtés complètent chaque chapitre.

3e édition - mai 2018
160 pages - ISBN : 2-905529-67-9
Prix : 39,50 euros/TTC, port compris

 

Première édition
Mars 2018
  

Le manuel de l’administrateur local

Francis Mallol

Au sommaire :
- Elaborer un acte administratif et assurer la sécurité juridique
- Identifier les autorités compétentes
- Associer le public et traiter efficacement ses demandes
- Motiver ses décisions
- Gérer les décisions implicites
- Eliminer les actes administratifs
- Répondre aux demandes de communication des documents administratifs
- Régler les différends ente l’administration locale et le public.

Un guide indispensable pour sécuriser ses décisions et le traitement de ses actes.
Un index alphabétique analytique facilite les recherches.


1ère édition - mars 2018
416 pages - ISBN : 2-905529-66-0
Prix : 69,50 euros/TTC, port compris

 

OFFRE DÉCOUVERTE

Bénéficier gratuitement d'informations exclusives sans engagement de votre part